Bœufs de boucherie

 

Aperçu
 
Après leur naissance, les bœufs passent normalement les quatre ou cinq premiers mois à pâturer avec leurs mères, jusqu'à ce qu'ils atteignent un poids de 160 à 230 kilogrammes. Les veaux sont alors sevrés et peuvent être envoyés en « aire arrière » où ils passent d’un régime d’herbe à un régime de foin et de grain qui doit les faire grossir pour l'abattage. Lorsqu'ils atteignent 400 kilogrammes, les bœufs sont déplacés dans des parcs d'engraissement intensifs (feedlots). Les veaux qui ne sont pas mis en aire arrière vont directement en parc d'engraissement.

Les feedlots (appelés aussi les parcs d'"achèvement") soulèvent de sérieux problèmes en matière de bien-être animal puisqu’ils engendrent surpopulation et malnutrition. Les plus grands feedlots peuvent contenir jusqu'à 40 000 animaux. Les vaches sont des animaux sociaux et, dans les feedlots, la stabilité sociale du groupe, qui s’établit sur la durée, est détruite et les animaux abandonnés au chaos social.

Les bœufs sont initialement nourris au foin et au fourrage jusqu'à ce que leur alimentation soit graduellement remplacée jusqu'à 90 % par du grain. L'alimentation à base de grain fait prendre plus vite du poids au bœuf que celle à base d'herbe et cela rend leur viande plus grasse et donc plus attrayante pour le consommateur. Toutefois, l'alimentation au grain cause, chez l’animal, des dégâts dans un système digestif  adapté à l'herbe et non pas au grain. Le grain peut provoquer des ballonnements, de la diarrhée et donc une gêne extrême.
 


 
Pratiques douloureuses

En plus des conditions qu’ils connaissent dans les feedlots, les bœufs sont soumis à de nombreuses pratiques douloureuses.

Le marquage
est utilisé comme moyen d'identifier le propriétaire du bœuf et la ferme d'origine. Il consiste à appliquer une barre métallique rougie au feu sur le corps de l'animal, ce qui provoque une brûlure au troisième degré. Cette opération est extrêmement douloureuse et stressante pour l'animal car elle est pratiquée sans anesthésie ou analgésie et peut entraîner une perte de poids ou de l'anorexie.

La castration
, l'ablation des testicules chez le bœuf mâle, est d’habitude pratiquée en même temps que le marquage, lorsque l'animal est âgé de deux semaines à deux mois. Elle est habituellement réalisée au moyen d'un couteau, mais peut aussi l’être avec un émasculateur ou un elastrator, deux instruments qui stoppent l'afflux de sang dans les testicules et provoquent finalement leur chute. Cet acte douloureux est également effectué sans anesthésie ou analgésie.

L'écornage
est aussi une pratique très douloureuse, particulièrement pour les animaux les plus âgés dont les cornes sont plus développées et remplies de terminaisons nerveuses sensibles. Il est réalisé par des stockmen (fermiers chargés de l’élevage) et non pas par des vétérinaires et cela sans anesthésie ou analgésique. La plupart des animaux doivent être neutralisés physiquement lors de cette opération en raison de la détresse et de la douleur provoquées.


Pour plus d'information sur les bœufs de boucherie, consultez cette fiche d'information.


Source: Coalition canadienne pour les animaux de ferme.

 

Recherche

Partenaires

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)